Vecteurs et carte de zones de vecteurs

anti-moustiques

On appelle vecteur à un mécanisme, habituellement un organisme, qui transmet un agent infectieux d’un individu affecté à un autre qui ne porte pas encore cet agent.

Il s’agit du moustique commun, le tigre, la dengue et les insectes à six pattes comme les mouches, les punaises, les puces ou les poux ; aussi quelques animaux à huit pattes comme les tiques et les acariens.

Les moustiques mesurent quelques millimètres et sont l’un des animaux qui causent la plupart des victimes humaines chaque année, ils vivent pratiquement dans monde entier, sauf aux pôles ; ils peuvent “sentir” le sang humain d’une distance de 50 kilomètres et les organismes transmis par sa piqûre sont les responsables de plus de 200 millions de nouvelles infections chaque année ; au moins un million de personnes meurent de malaria dans le monde chaque année.

Dès le début, l’humanité a été affectée, directement ou indirectement, par les insectes. Lors du passage des siècles et de l’évolution de l’homme, ils ont également évolué, pour devenir ses concurrents les plus efficaces en testant sa capacité à survivre.

Ils ont une grande capacité d’adaptation, la capacité de se reproduire rapidement dans un temps très court et une énorme puissance de dispersion ; ces facteurs permettent aux insectes développer des énormes populations qui affectent la santé humaine.

En raison de l’accroissement de la circulation commerciale et touristique, et la vitesse des transports modernes, il y a beaucoup plus de possibilités pour l’introduction d’insectes dans des zones où ils peuvent prospérer et devenir nuisibles.

L’incidence de ces maladies semble augmenter. Il y a plusieurs raisons à cela : les gens sont en train de développer des résistances aux médicaments qui aident à combattre la malaria ; les moustiques développent des résistances aux insecticides ; les changements environnementaux créent de nouveaux sites de reproduction. En outre, la migration, le changement climatique et la création de nouveaux habitats signifient que moins de personnes développent une immunité naturelle à ces maladies.

C’est pourquoi nous avons dans nos mains la possibilité d’utiliser des produits tels que les t-shirts de protection anti-vecteurs STINGbye, afin d’éloigner les vecteurs de notre environnement.

L’ALIMENTATION DES VECTEURS:

La plupart des vecteurs sont des insectes hématophages, ça veut dire qu’ils font leur alimentation à travers de la consommation de sang. Parmi les cas les plus notables de hématophages on trouve les moustiques, dont seules les femelles sont hématophages ; elles ont besoin du sang pour obtenir les protéines nécessaires pour pondre leurs œufs et elles trouvent un moyen facile de transmission à travers le contact direct avec la circulation sanguine. Comme les mâles ne pondent pas d’œufs, ils ne nécessitent pas de sang et ne piquent pas.

Il y a aussi les dermatophages, tels que les acariens, qui se nourrissent de notre peau morte ; il y a un autre groupe d’insectes qui sont des ectoparasites qui vivent à l’extérieur de notre corps, tels que : les puces, les poux, les punaises, etc. …

 

LES MALADIES A TRANSMISSION VECTORIELLE:

Certaines maladies à transmission vectorielle sont liées à l’eau et sont transmis par des vecteurs comme les moustiques, qui se reproduisent et vivent près de l’eau contaminée et non contaminé. Des millions de personnes souffrent de ces maladies transmises par des vecteurs qui infectent les humains avec la malaria, la fièvre jaune, la dengue, la filariose, etc.

Les efforts d’éradication se concentrent sur ces transmetteurs de maladies infectieuses. Les principales maladies et les plus courantes sont :

La fièvre jaune / la dengue, transmise par le moustique Stegomyia aegypti. La malaria et le paludisme transmis par le moustique Anopheles. La maladie du sommeil ou trypanosomiase africaine, dont le vecteur est la mouche tsé-tsé. La maladie de Chagas, transmis par les punaises. La maladie de Lyme, transmise par les tiques. Le Typhus transmis par les poux, les puces et les tiques. La gale, une maladie de la peau causée par l’acarien parasite Sarcoptes scabiei. La Leishmaniose transmis par les diptères de la famille Phlebotomidae. Filariose et l’éléphantiasis par les moustiques Anopheles, Culex, Stegomyia, Mansonia.

Et une longue liste d’infections transmises par des vecteurs ; comme nous le voyons est une liste de maladies sans fin ; raison pour laquelle nous essayons de nous protéger contre eux ; et les t-shirts de protection anti-vecteurs STINGbye nous aident avec cette protection.
aanti-moustiques
MOUSTIQUE COMMUN:

Culicidae ou culicidé : connu sous le nom de moustique commun. Ils sont des insectes volants et possèdent un corps mince, des jambes longues et fines ; les adultes peuvent mesurer jusqu’à 15 millimètres. Il est important de savoir que les larves se développent toujours dans l’eau, pour cette raison, quand il y a des maladies épidémiques transmises par les moustiques, on demande aux foyers de retirer tout type de récipient d’eau qui favorise la reproduction rapide des moustiques.

ALIMENTATION:
Les femelles sont hématophages : elles se nourrissent du sang d’autres animaux, donc elles sont des vecteurs communs de maladies infectieuses. Dans la plupart des culicidés femelles, les pièces buccales forment une longue trompe prête pour percer la peau des mammifères pour sucer leur sang.

Les femelles ont besoin de la contribution du sang pour démarrer le cycle gonotrophique et faire ainsi une ponte des œufs. Chaque ponte doit être précédée d’une prise de sang. Comme d’autres insectes, le développement passe par quatre étapes distinctes : œuf, larve, pupe et adulte. Le taux de croissance corporelle dépend de l’espèce et de la température.

Les larves des Culicidae se trouvent dans presque tous les corps d’eau stagnés pendant au moins une semaine, dès l’Équateur presque jusqu’à le Cercle arctique. La présence d’une grande quantité d’eau n’est pas nécessaire. Dans la plupart des cas, une hauteur de 1 cm d’eau peut être suffisante pour achever le stade larvaire.

MALADIES:
Les efforts visant à les éradiquer s’orientent souvent vers l’extermination des vecteurs. On les a combattus à la fois dans son stade larvaire et dans son stade adulte, en drainant des zones inondées ou à travers le traitement avec des insecticides dans leurs centres d’élevage et de repos y compris les maisons. Ces mesures impliquent souvent des effets secondaires plus ou moins graves sur l’environnement. Avant l’avènement des insecticides, la lutte biologique était appliquée en grande partie, en utilisant des poissons prédateurs, des chauves-souris et des libellules. Actuellement, dans la plupart des pays développés, la lutte contre les moustiques est basée sur le contrôle intégré et surtout sur le contrôle des larves en utilisant des bactéries toxiques pour les moustiques telles que le Bacillus thuringiensis.

Culex pipiens, est un vecteur de la maladie : la Fièvre du Nil occidental, en train d’émerger en Amérique du Nord, en Europe, en Afrique et en Asie. Le réservoir du virus, comme dans de nombreux cas, on trouve chez les oiseaux.

Les moustiques les plus courantes en Espagne sont divisés entre ceux qui vivent dans les zones urbaines et ceux qui vivent dans l’environnement naturel. Dans l’environnement naturel, les plus abondants sont ceux du genre « Ochlerotatus » et dans les zones urbaines, le moustique commun ou « Culex pipiens » ; le premier, pique pendant la journée et à travers les vêtements, et le seconde au crépuscule et à l’aube.

Les groupes de personnes qui sont les plus susceptibles de développer la forme sévère de la maladie sont les personnes âgées, à partir de 60 ans, et les enfants de moins de 2 ans. Les complications associées peuvent être trois : l’encéphalite (inflammation et l’irritation du cerveau), la méningite (inflammation des méninges, membranes qui recouvrent le cerveau), ou la méningoencéphalite (les deux symptômes combinés).

anti-moustiques
MOUSTIQUE ANOPHELES (MALARIA ET DENGUE):

Le principal vecteur Aedes (Stegomyia) aegypti, est un moustique qui peut être l’hôte du virus de la dengue et de la fièvre jaune entre d’autres maladies. Il est membre du sous-genre Stegomyia, au sein du genre Aedes et de la famille Culicidae.

OÙ SE TROUVE-T-IL ?
L’Anopheles habite presque dans le monde entier ; en Europe, en Afrique, en Asie, en Amérique et en Océanie, avec une intensité particulière dans les zones tempérées, tropicales et subtropicales. Il y a environ 400 espèces d’Anophèles, dont de 30 à 40 transmettent quatre espèces différentes de parasites dangereux du genre Plasmodium falciparum (Malaria). En Europe, une des espèces les plus importantes est l’Anopheles atroparvus.

CYCLE DE VIE :
Comme tous les moustiques l’Anopheles passe par quatre stades : œuf, larve, pupe et adulte. Dans l’âge adulte, les femmes agissent comme vecteur du paludisme. Les femelles adultes peuvent vivre jusqu’à un mois (plus en captivité), mais c’est normal qu’elles ne survivent pas plus de 2 semaines.

La période entre la ponte jusqu’à l’apparition d’un moustique adulte, varie généralement en fonction des espèces et est largement influencée par la température ambiante. Dans des conditions naturelles le processus prend de 10 à 14 jours, mais peut être accéléré à seulement 5 jours.

Les femelles, en plus du sucre, ont besoin de protéines pour développer les œufs : le sang. Après de s’avoir nourri de sang, la femelle se repose quelques jours pendant qu’elle rend la digestion, en même temps que les œufs se développent avec les nutriments obtenus. En 2 ou 3 jours, les œufs sont déjà suffisamment développés pour être déposés. Après la ponte, le cycle se répète jusqu’à la mort de la femelle, qui se produit de 7 à 14 jours plus tard (ou plus en captivité).

MALADIES :
Il n’y a pas de thérapies curatives efficaces contre la fièvre jaune, ou même des vaccins pour la dengue et la malaria. En Afrique, pour les transmetteurs de la malaria Anopheles gambiae et Anopheles funestus, l’être humain est la principale source de nutrition. La plupart sont crépusculaires ou nocturnes. Bien qu’il soit peu connu en Europe il y a eu la transmission de la malaria jusqu’au milieu du XXe siècle ; en Espagne l’éradication n’a pas été certifié que jusqu’en 1964. Pourtant, l’utilisation immodéré et injustifiée des insecticides a créé dans de nombreuses cas des résistances aux insecticides.

Dengue: Ou fièvre rouge, est transmise par le moustique Aedes de moustiques aux humains et des humains aux moustiques. Une nouvelle forme sévère (dengue hémorragique – DHF) se produit dans certains pays. Ce moustique est dans presque tout le monde. Il est recommandé d’éliminer les eaux stagnantes

Fièvre jaune: Transmis par le moustique Aedes aegypti Aedes et d’autres espèces d’Aedes. Propagation de l’humain au moustique et du moustique à l’humain. Il habite la plupart des villes chaudes dans le monde. Remèdes : vaccination, éliminer les sites de reproduction, des répulsifs et des moustiquaires.

Filariose: Peut causer l’éléphantiasis. Principalement propagée par les moustiques Culex pipiens, Anopheles et Aedes, de l’humain au moustique et du moustique à l’humain. Présent dans le monde entier.

Malaria: Transmis par l’Anopheles, de l’humain au moustique et du moustique à l’humain. Il est situé dans les régions chaudes du monde, bien que certains progrès ont été réalisés en termes d’éradication. Pour la prévention, l’élimination de l’eau stagnante et l’utilisation de répulsifs et mousquetaires sont recommandés. Le vecteur de la malaria humaine est constitué par diverses espèces du genre Anopheles.

Cette maladie infectieuse provoque le plus de morbidité et de mortalité dans le monde, avec plus de 200 millions de cas chaque année, et est l’un des facteurs qui affectent le plus l’économie des pays les plus affectés, en particulier en Afrique.

Anopheles gambiae et Anopheles funestus sont probablement les espèces animales qui causent le plus de décès chez l’homme en raison de la transmission de cette maladie mortelle.

Nous savons tous combien il est dangereux une piqure d’un vecteur pour notre santé, de ce fait, l’utilisation des t-shirts de protection anti-vecteurs STINGbye est 100% recommandée pour nous protéger contre eux.

Le nombre de maladies qui peuvent être évitées est infinie ; ainsi comme l’inconfort minimal des piqûres de moustiques communs, que, même si elles semblent inoffensives, elles peuvent provoquer des réactions allergiques chez certaines personnes et même avoir des conséquences mortelles.

antimosquitos, antipiojos, antigarrapatas

MOUSTIQUE TIGRE:

Il se caractérise par sa couleur noire avec une ornementation blanche dans le thorax et l’abdomen, des jambes à bandes noires et blanches et une ligne centrale longitudinale blanche visible dans le thorax et la tête.

CYCLE DE VIE:
Comme les autres espèces de moustiques, la femelle a une fine trompe allongée, le proboscis, qu’elle utilisé, comme un stylet, pour piquer et prélever du sang chez les vertébrés, en particulier chez les mammifères et les oiseaux. Elle l’utilise pour le développement de ses œufs en profitant de la protéine, elle utilise des poils minuscules sur les côtés du proboscis pour détecter le dioxyde de carbone (CO2), provenant des animaux ou des personnes, et ainsi les guetter. Dans leur piqûres, s’utilise une substance anticoagulante pour extraire et stocker le sang de l’hôte.

Les larves se développent dans des conteneurs où il existe des petites quantités d’eau, surtout si elles sont dans des endroits ombragés comme des pots, des seaux, des vases, des soucoupes et des autres objets contenant de l’eau dans des jardins, des cours et des champs ouverts. Son élevage larvaire d’origine s’agit de cavités remplies d’eau dans les arbres. Dans notre environnement c’est le moustique, principalement urbain, qui exploite systématiquement les points d’eau d’origine humain pour sa reproduction. Leur piqûre, même à travers les vêtements, est très gênant, survenant dans les heures du jour dans lequel une partie des espèces autochtones ne piquent pas.

Il est inclus dans la liste des 100 espèces exotiques envahissantes les plus nuisibles dans le monde de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

OÙ SE TROUVE-T-IL ?
Il est une espèce envahissante originaire du Sud-Est de l’Asie, propagé en Afrique, en Amérique et en Europe depuis 1979, puis par le Pacifique.

Il est arrivé aux États-Unis en 1985 et au Brésil vers 1986. Par la suite, il a envahi le Mexique, où il a été détecté en 1988. La route d’invasion inclus l’Amérique Centrale : Guatemala, Honduras, El Salvador, Nicaragua et Panamá ; dans le Caraïbe il se trouve dans les îles Caïmans, République Dominicaine et Cuba. En Amérique du Sud, au Brésil, il s’a répandit dans 20 des 27 états dans lesquels 2 génotypes semblent être présents. Il est présent aussi en Colombie, en Argentine et au Venezuela.

En Europe jusqu’en 2006, il avait été détecté en Albanie, Italie, Espagne, France, Belgique, Suisse, Hongrie, Monténégro, Pays-Bas et Grèce. En Catalogne (Espagne), sa présence a été signalée par le Service de Contrôle des Moustiques du Conseil Communautaire du Baix Llobregat pendant l’été 2004 dans la ville de San Cugat del Vallés. Il s’est répandu dans de nombreuses municipalités environnantes, sans aucune transmission de maladies dans cette région.

MALADIES:
Dans les zones endémiques, le moustique tigre est un vecteur dans la transmission de maladies telles que la dengue en Amérique centrale, du Sud et le Pacifique ; la fièvre jaune et, dans des beaucoup moins de cas que les Culex pipiens, il peut être aussi vecteur dans la transmission du Virus du Nil occidental.

Durant l’été 2007, une épidémie de fièvre chikungunya a eu lieu à Ravenne (Italie), produite par le virus de CHIKV, et a été transmise par la piqûre du moustique tigre ; jusque-là, la maladie avait seulement affecté les pays tropicaux, ce qui a déclenché les alarmes sur la mondialisation de ce type d’infections. En 2014, une nouvelle épidémie de chikungunya a éclaté, laissant plusieurs victimes mortes en Amérique à cause de la piqûre de ce moustique. Les pays les plus affectés par ce virus ont été la République Dominicaine et le Venezuela.

Pendant l’été 2010, des moustiques tigres infectés par le virus du Nil occidental ont été détectés dans le nord de la Grèce. Ceux-ci ont causé la mort de quelques personnes, victimes de ses piqûres.

antimosquitos, antipiojos, antigarrapatas

PUNAISES:

Cimex lectularius, communément connu sous le nom de punaise ou punaise des lits, est un insecte hémiptère, de la famille Cimicidae. Leur alimentation est hématophage, ça veut dire qu’il se nourrit du sang des humains et d’autres animaux à sang chaud. Son habitat est souvent les matelas, les canapés et des autres meubles.

PUNAISES, COMMENT AGISSENT-ELLES ?
Bien qu’elles ne sont pas strictement nocturnes, son activité principale se développe pendant la nuit. Les punaises détectent la chaleur émise par les humains et le dioxyde de carbone exhale pendant notre respiration.

La première indication d’une piqûre est le désir de se gratter, cela à cause de la réaction produite par les agents anesthésiques injectés contenus dans la salive de la punaise. Les piqûres sont généralement regroupés en lignes ou en groupes, elles peuvent être trouvés dans des différentes parties du corps et se compose d’un renflement de peau rougeâtre, de fois elle peut aussi être plat, elles sont généralement accompagnées de démangeaisons intenses.

Les piqûres de punaises peuvent ne pas être distingués de ceux des moustiques, bien que celles des punaises durent généralement plus longtemps jusqu’à ce que leurs effets se dissipent.

Les piqûres peuvent ne pas apparaître à l’instant et peuvent prendre jusqu’à neuf jours pour manifester les symptômes. Dans de rares cas, elles peuvent causer des réactions allergiques qui provoquent des nausées et des malaises. En règle générale, les gens réagissent aux piqûres avec l’anxiété, le stress et l’insomnie.

Les antihistaminiques réduisent les démangeaisons dans certains cas, mais ils n’ont aucune incidence sur l’apparence et la durée des lésions. L’application topique de corticostéroïdes, tels que l’hydrocortisone, semble réduire les blessures causées par les piqûres et réduire les démangeaisons.

MALADIES:
Il y a eu une multitude de tests de laboratoire qu’ont conclu que les punaises ne semblent pas transférer des maladies d’une personne à une autre, par conséquent, elles sont moins dangereuses que d’autres insectes communs tels que les puces. Néanmoins, la transmission de la maladie de Chagas ou de l’hépatite B peut se produire s’il y a les bonnes conditions.

Il peut arriver que chez certaines personnes la piqûre de cet insecte déclenche un choc anaphylactique, mais toujours dans un petit pourcentage de personnes. Il est également possible que les personnes qui subissent constamment les piqûres de cet insecte, développent une anémie.

antimosquitos, antipiojos, antigarrapatas

POUX:

Le pou humain (Pediculus humanus) est une espèce d’insecte phthiraptère de la famille Pediculidae, aptère, et qui comprend environ 3.250 espèces. Leurs œufs sont appelés lentes et les poux les collent aux poils ou les plumes de son hôte. Ils parasitent l’homme, en particulier les enfants et les adolescents.

CYCLE DE VIE:
Anoploures : poux suceurs, y compris les poux de tête et des vêtements : Pediculus humanus.

Dans sa forme adulte, il est un insecte de forme ovoïdale et d’une couleur blanche grisâtre. Il dispose de 6 pieds finissant en une sorte de crochets qui lui permettent de s’adhérer aux cheveux. Ils ne disposent pas des ailes, donc ils ne volent pas ni sautent.

Ils sont d’environ 2 à 10 millimètres et sont facilement visibles à l’œil humain. Ils ont le corps translucide avec une légère nuance de jaune ou brun. En outre, on peut distinguer le sang qui se trouve à l’intérieur de son corps dans une petite cavité à l’intérieur.

Au cours de son cycle de vie, le pou femelle pond les petites lentes de couleur jaune ou blanc, sur le cuir chevelu, de préférence dans la zone occipitocervicale (mieux connu comme la nuque) et derrière les oreilles. Chaque pou femelle pond environ 8 lentes par jour.

Ils se développent à des températures comprises entre 22 et 36 ° C. De 6 à 9 jours la lente mature, la nymphe se libère. La nymphe ressemble à un pou adulte, mais elle est de la taille d’une tête d’épingle. Les nymphes sont transformées en 7 jours environ, elles mûrissent et passent par trois états pour devenir des parasites adultes. Le pou adulte peut vivre jusqu’à 30 jours sur la tête d’une personne. Il se nourrit de sang plusieurs fois par jour. Sans alimentation le pou peut mourir dans 1 ou 2 jours en dehors de l’hôte.

MALADIES:
Son infestation provoque la pédiculose, qui est considérée comme un émetteur du typhus exanthématique, fièvre des tranchées à cause des Rickettsies et fièvres récurrentes par le Borrelia

Les poux ont parasité l’homme depuis des temps anciens dans le monde entier. Ils sont un problème toujours présent, qui repousse et se propage à une vitesse inhabituelle chaque fois qu’il y a des catastrophes naturelles, des guerres, de la misère ou de la famine.

La distribution de la pédiculose est cosmopolite. La mauvaise hygiène, la promiscuité, le surpeuplement et les migrations favorisent son développement. Des petites épidémies familiales apparaissent généralement et son incidence a montré une augmentation significative au cours de la dernière décennie. Cela affecte à toutes les races, en particulier aux femmes et prédomine chez les écoliers.

Au cours des dernières années, la pédiculose est devenu un phénomène si courant qu’il n’attire presque aucune attention ; elle est passé d’être une maladie qui était caché, à devenir un événement presque habituel dans la vie de l’enfant pendant sa vie scolaire.

Mais cette façon de voir les choses peut causer divers effets sur l’enfant, dès influer sur sa performance scolaire, jusqu’à causer des dommages graves à son organisme.

antimosquitos, antipiojos, antigarrapatas

PUCES:

Les siphonaptères, sont un ordre de petits insectes néoptères et aptères, populairement connus comme puces. Les puces sont des parasites externes qui vivent du sang des mammifères. Environ 1.900 espèces sont connues.

CYCLE DE VIE:
Les puces sont de petits insectes de 1,5 à 3,3 mm de long, très agiles et généralement de couleur foncée ; Ils ont un mécanisme tubes buccaux, spécialement adaptés pour se nourrir du sang de leurs hôtes.

Elles ont le corps comprimé latéralement, ce qui leur permet de se déplacer librement entre les poils ou les plumes de l’hôte. Ils ont de longues jambes et les pattes arrières sont adaptées pour le saut, qui peut être jusqu’à 18 cm verticalement et 33 cm dans le sens horizontal. Cela représente une distance de jusqu’à 200 fois sa propre longueur, ce qui rend la puce le meilleur sauteur parmi les animaux en fonction de sa taille. La dureté de son corps leur permet de supporter des pressions élevées, comme dans le grattage, même la pression exercée par les doigts humains.

Les puces sont des insectes holométaboles, c’est-à-dire qu’ils ont une métamorphose complète : œuf, larve, pupe et adulte. La période varie de deux semaines à huit mois selon la température, l’humidité, la nourriture et l’espèce. Normalement, après un repas de sang, la femelle pond entre 15 et 20 œufs par jour et jusqu’à 600 dans sa vie, généralement sur l’hôte (chiens, chats, rats, lapins, souris, écureuils, poulets, humains, etc.). Les œufs sont déposés partout dans le pelage et surtout là où l’hôte se repose, dort ou nids (tapis, moquettes, meubles rembourrés, boîtes de chiens et de chats, chenils, litières, etc.)

Dans environ cinq à quatorze jours, les puces adultes émergent ou restent au repos dans le cocon pour détecter les mouvements des personnes ou des animaux, des changements dans la pression, la chaleur, l’humidité ou le dioxyde de carbone, ce qui signifie pour eux qu’une source potentielle de sang est proche.

MALADIES:

Dans la plupart des cas les puces sont juste une nuisance pour leurs hôtes, mais certaines personnes et animaux souffrent d’une réaction allergique à la salive des puces, ce qui produit des éruptions. Les piqûres de puce conduisent généralement à la formation des zones enflammées et légèrement gonflées qui produisent des démangeaisons et se caractérisent pour avoir un seul point de piqûre dans le centre.

Nonobstant, plusieurs espèces de puces peuvent transmettre des maladies telles que le typhus et la dévastatrice peste bubonique, transmis entre les rongeurs et les humains à travers de la puce du rat d’égout et du rat noir ; ou aussi transmettre le ténia, tels que Dipylidium caninum. Tous ceux-ci parasitent les animaux et les humains.

Comments are closed.